En savoir plus sur les avantages et les limites des voitures autonomes

Publié le : 25 janvier 20224 mins de lecture

L’intelligence artificielle est de nos jours très développée. La voiture autonome en fait partie. Elle roule automatiquement avec ou sans conducteur, selon le type. Son fonctionnement est basé sur un système de robotique mobile. Beaucoup se posent encore la question : est-ce une bonne idée d’utiliser ce genre de véhicule ? Cette voiture a en effet autant d’avantages que d’inconvénients, alors il est assez difficile de trancher sur la question.

Les avantages de l’utilisation d’une voiture autonome

Une voiture autonome vous permet une conduite plus économique, car elle peut déterminer l’itinéraire le plus court pour arriver à destination. Vous gagnerez alors du temps et économiserez du carburant. Pour ceux qui ont du mal à se garer, surtout pour faire un créneau, c’est un avantage d’user d’un véhicule automatique. Le stationnement est plus facile surtout en ville. Ce type de voiture réduit aussi le stress. Plus de concentration en permanence, plus de soucis avec la gestion de la vitesse ou bien l’embrayage. Vous pouvez partager certaines tâches avec votre véhicule. Il offre aussi une facilité de déplacement pour les personnes vivant avec un handicap, ne leur permettant pas de conduire une voiture normale. De plus, ce type d’appareil a été créé pour limiter le nombre d’accidents provoqués par l’homme.

Les limites de ce type de véhicule

Le fonctionnement de ce genre de voiture repose sur des bases informatiques, qui comme toutes choses peut être défaillant à un certain moment. Alors cela constitue un risque dans son utilisation. Et de nombreuses questions se posent vis-à-vis de cet appareil. Est-il capable de rouler dans des conditions météorologiques extrêmes ? Peut-il réagir à une situation inattendue ? Par exemple si un animal ou une personne surgit tout à coup sur la route, peut-il s’arrêter ? En cas d’accident, qui est le fautif ? Plusieurs personnes peuvent y être impliquées de près ou de loin : le constructeur et aussi l’éditeur du logiciel de contrôle. L’une des principales limites dans l’utilisation d’une voiture autonome est son coût, qui est nettement plus cher qu’une voiture normale.

Les différents types de voitures autonomes

Le type de ces voitures est déterminé par son niveau d’autonomie. Certaines partagent partiellement les tâches avec le conducteur, et d’autres se chargent entièrement de la conduite.

Niveau 1 :

Le conducteur est assisté par un régulateur de vitesse et d’un système antiblocage de roues. À ce niveau, la plupart des taches sont consacrées au conducteur : accélérer, freiner, surveiller la route, contrôler le véhicule en cas de problème.

Niveau 2 :

Les tâches sont plus réparties. Le conducteur et l’auto peuvent se partager la conduite. Ce qui facilite certaines situations comme le stationnement. Il est quand même indispensable que le conducteur surveille la route et prenne le contrôle en cas d’incident.

Niveau 3 :

La majorité de tout ce qui concerne la conduite est assurée par la voiture elle-même. Le conducteur doit juste surveiller les environs et reprend le contrôle en cas de nécessité.

Pour les niveaux 4 et 5

La conduite est totalement assurée par le véhicule. La seule différence est que le niveau 4 est limité dans certaines conditions, tandis que le niveau 5 est adapté à toute condition de la route.

Plan du site